La Milgauss 116400 fut présentée à Bâle en 2007. C'est du modèle sortie en 1963, la Milgauss 1019 qu'elle se rapproche le plus. En dehors de leurs propriétés anti-magnétiques respectives, les 2 montres ont néanmoins peu de points communs.

Le contraste entre les aiguilles-bâton et la trotteuse éclair dite "Saettone" est vraiment très original, et c'est ce que je recherche dans une Rolex, l'Originalité !

La finition du cadran est excellente, les index sont en or blanc. Contrairement à la version GV, ils ont ici tous la même couleur.

Du fait de la protection du calibre par l'écran magnétique, la montre a un gabarit relativement imposant. D'un diamètre de 40mm, d'une épaisseur de 13,1mm, la Milgauss n'en demeure pas moins très équilibrée. Etanche comme toutes les Rolex, la couronne est de type Twinlock.

Au poignet, la montre se porte avec confort grâce à son efficace bracelet poli-satiné (comportant une rallonge Easylink) et son fermoir Oysterclasp type 300 qui se manipule sans souci. Même si le poids de la montre est relativement imposant cela ne gache en rien le plaisir, bien au contraire.

Montre équilibrée, au design simple, comportant une touche de fantaisie avec la trotteuse, la Milgauss 116400 (le modèle GV remporte ma préférence) est une réussite.


À la bonne heure,

Stéphane ROBIN

 

L'évolution de la Milgauss :

Mais d’où vient le nom de cette Oyster Perpetual moderne qui résiste à un champ magnétique de 1000 Gauss (0,1 Tesla ou 80 000 A/m) ?

Cette automatique doit son nom à la contraction des mots “mille” et “Gauss”, une unité de mesure des champs magnétiques. Surnommé le “prince des mathématiciens”, l’Allemand Carl Friedrich Gauss (1777-1855) est aussi astronome et physicien.

Lancée en 1954, la Milgauss avait disparu du catalogue à la fin des années 80. C’est à BaselWorld en 2007 qu’elle refait son apparition. Sa superbe trotteuse orange en forme d’éclair, en dit long sur ses particularités techniques

La 6543, production 1954 – 1957

Les premieres séries sont identifiées par la réf. 6543. Lunette tournante type sub et cadran nid d’abeille. Curieusement, la largeur entre les cornes est légèrement inférieure par rapport aux canons de 20 mm (d'où le bracelet cuir)

La 6541, production 1958 – 1962

L’entrecorne passe à 20 qui permet l'assemblage de bracelet Oyster.

Toujours lunette tournante type sub et cadran nid d’abeille + adoption de l'aiguille éclair dite "Saettone"

La 1019, production 1963 – 1988

Le diamètre passe à 37mm et l‘on a perdu dans la bataille l’aiguille éclair

La lunette fixe en acier, le cadran en aluminium ou noir et capsule de protection toujours en fer doux protégeant ainsi son mouvement de tous champs magnétiques, lui garantissant toujours une précision maximum.

Spécifications techniques

Le calibre, protégé par l'écran magnétique, est le 3131 à spiral paramagnétique Parachrom bleu. D'une fréquence de 4hz, il est certifié chronomètre.

"La Montre du Jour"® est une marque déposée

INPI 09/3634269

Publicité gérée par LMDJ

View full sized Pour les passionnés de la Haute Horlogerie

Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player